Découverte,  Generale

4 min readCoupe du monde de foot : Italie 1934

17 Matches, 70 buts marqués, nous sommes en 1934, en Italie pour la deuxième édition de la coupe du monde de football… Et ce sera sans les tenants du titre. Les uruguayens n’ont pas fait le chemin jusqu’en Europe, reprochant aux italiens de ne pas être venus 4 ans plus tôt.

À noter que l’Italie est sous le régime fasciste de Mussolini… Tu vas voir que tout n’est pas toujours sport et fair-play avec lui.
  • Un ballon officiel 

Cette fois, on fait les choses bien. Le temps où on devait se disputer quelle équipe peut utiliser son ballon est révolue. Cette année, c’est le ballon Le Federale 102 qui fait son apparition pendant toute la compétition.

  • En direct de l’Italie 

En Uruguay, en 1930, les supporters devaient se contenter de lire les résultats dans la presse, le lendemain d’un match. Ce n’est qu’en 1934, en Italie et pour la première fois  que les matches sont retransmis grâce à la télégraphie sans fil. Et en France, Radio-France couvre tout l’évènement.

  • L’Égypte fait honneur à son pays

Après les phases éliminatoires, les égyptiens sont parés pour affronter les hongrois. Match difficile, s’ils finissent ex aequo en première mi-temps (2-2), les hongrois mettent les bouchées doubles et enterrent les égyptiens 4-2. C’était la première fois qu’un pays africain participait à une phase finale et il faudra attendre 36 ans et la neuvième édition de la coupe du monde au Mexique pour voir le Maroc en phase finale.

 

  • Une addition salée

Le 9 juin 1934, il est environ 20 heures et nous sommes prêts à dévorer la finale de la coupe du monde en Italie… Comme durant toute la compétition, les dîners officiels se succèdent. En cette veille de match, Mussolini, dictateur de l’Italie fasciste invite Ivan Elkind, un suédois et surtout… L’arbitre désigné pour officier la finale du lendemain entre l’Italie et la Tchécoslovaquie. Ce sera une addition salée pour ce suédois qui sera radié par la FIFA, quelques jours après la finale remporté par l’Italie.

  • Toujours plus pour Mussolini

Après la victoire de l’Italie, Mussolini n’a que faire du trophée officiel Jules-Rimet fait d’argent fin plaqué or. Il préférera un grand trophée en bronze, six fois plus grand : la Coppa del Duce.

Le classement final :

  1. Italie
  2. Tchécoslovaquie
  3. Allemagne

La France se fait sortir en huitièmes de finale par l’Autriche (défaite 3-2 après prolongations).

 

 

 

  • 15
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.