Découverte,  Generale

10 min readVolley : Les évolutions des techniques ENTRE 1950 ET AUJOURD’HUI

Le volley-ball, comme le basket-ball, sont des sports dont l’origine remonte à une centaine d’année et dont l’histoire est jalonnée d’évènements et de dates importantes. De façon assez surprenante, les deux sports ont été inventés dans la même université à quelques années d’intervalle. Le Volleyball est inventé par William G. Morgan.

Après la seconde guerre mondiale, la popularité du Volley est si forte que la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB) est créée (1946). Elle est chargée de gérer l’organisation des championnats internationaux, de l’adoption et de l’amélioration des règles du jeu, de l’instruction et de la certification des arbitres et entraîneurs et de la promotion générale du volley-ball à l’échelle mondiale. En 1949, les premiers championnats du monde de Volleyball masculin se sont déroulés en Tchécoslovaquie et furent remportés par l’URSS.

Suite à ce petit rappel historique, nous allons nous intéresser à l’évolution des techniques et des règles de volley depuis environs 1930. 

Dans un premier temps, voici une petite vidéo vous présentant ce qui sera expliqué de manière détaillé ensuite, en se plongeant dans les spécificités de ce jeu particulièrement complexe.

Entre 1930 et et 1950, on remarque que le jeu est assez haché, les attaquants ne prennent que très peu d’élan avant d’effectuer leurs attaques. Les techniques de services sont encore rudimentaires et assez facile d’exécution. 

Le Volley donne la possibilité d’effectuer trois touches de balle mais à cette époque, il était récurrent de voir les équipes effectuer seulement que deux touches, en fonction du contexte du point.

Il n’y a pas de combinaison particulière, le jeu est lisible et logique.

De 1960 à 1970, la révolution est en marche. Les techniques changent et le mode de jeu est différent. C’est le cas de beaucoup de domaine de jeu, comme le bloc, le service et les placements défensifs. Le jeu est alors mieux organisé, ordonné avec des rôles bien précis et des déplacements beaucoup plus dynamique. 

Tout d’abord, la technique de service est passé de la « Cuillère » dite classique à un mouvement y ressemblant à quelques détails prêt. C’est un mouvement circulaire allant de bas en haut en passant par l’arrière du corps avec le bras tendu (Voir a « 59sec » de la vidéo ci-dessous). Cela permet d’apporter plus de puissance et d’impact dans la balle, donnant un service plus difficile. L’importance du service passe donc de simple mise en jeu, à un réel moyen de mettre en difficulté son adversaire dès les premiers instants du point. 

Pour le plaisir, voici une vidéo qui montre bien l’évolution des techniques de service.

Les joueurs commencent à prendre un élan important avant de taper la balle, ce qui donne une attaque avec beaucoup de plus de poids. 

Entre ces années, le concept de combinaisons et de feintes intègre le jeu, avec des attaquants sautant à des temps différents ce qui permet de feinter le bloc adverse et d’avoir plus de place où attaquer. Cette particularité joue sur toute l’organisation de l’équipe adverse par rapport à leur placement défensif. C’est donc une évolution majeure dans l’histoire de ce jeu. 

À partir de 1970, les changements continuent notamment au niveau du service. La mise en jeu se fait souvent par le haut, avec le bras levé. Cette technique permet au ballon de lui apporter une certaine flottaison rendant la réception adverse plus difficile.  

On observe également, on observe une évolution au niveau des feintes et des déplacements. Il n’est plus question de sauter uniquement à un temps différent, mais de se déplacer à un endroit différent du poste d’attaque classique, toujours dans la même optique : surprendre l’adversaire et le mettre en difficulté suite à l’attaque.

VOICI 4 SCHEMAS EXPLIQUANT L’IMPORTANCE D’UNE FEINTE DE DÉPLACEMENT LORS   D’UNE ATTAQUE :

Schéma d’attaque et de bloc dans une situation normale
Possibilité d’angles d’attaque par rapport à une passe (sans combinaison)
Changement de trajectoire de course avant l’attaque
Angle d’attaque disponible suite à la combinaison

                          

Ces combinaisons sont à utiliser de temps en temps car si le bloc adverse s’en aperçoit, il sera ensuite très difficile pour l’attaquant de passer au travers de celui-ci.

En 1980 , ça y est. Les prémices du Volley-ball moderne apparaissent. Le passeur dispose d’un plus grand nombre de choix d’attaquant, tous impliqué par la stratégie de feinte. Le jeu est beaucoup plus rapide et les passes plus courtes. Grâce à cette technique, le bloc adverse prend du retard. La prise d’élan est  vive et l’engagement dans le saut a pris en dynamisme et en explosivité. 

À partir de 1990, la technique de service ne cesse d’évoluer. Dorénavant, il s’effectue avec un saut avant de taper la balle, ce qui apporte encore plus de poids dans celle – ci pour mettre en difficulté l’équipe adverse dès les premiers instants du point. C’est un service qui nécessite beaucoup de technique et de coordination laissant de coté la précision. Il est bien plus facile de faire un service avec les pieds au sol mais il est aussi facile a réceptionner pour l’adversaire. Ce service est donc un moment fort pour le volley – ball moderne. Cette technique est restée la même jusqu’a aujourd’hui et la manière de l’exécuter reste la même.

Dans le jeu, les passes s’accélèrent et la rapidité du jeu continue d’évoluer. On remarque aussi que les joueurs deviennent beaucoup plus rapide et efficace dans leurs frappes de balle. On approche du meilleur niveau de volley que ce sport ai connu.

Entre 2000 et aujourd’hui, un facteur a boulversé le jeu : La qualité des passeurs. Jusqu’ici leur choix de passe étaient très rationnel et logique, c’était donc aux attaquants de se débrouiller pour passer la balle de l’autre coté et mettre le point.

Mais depuis, le passeur devient un véritable créateur et une pièce maitresse du jeu. C’est lui qui annonce les combinaisons, qui fait des choix souvent illogiques mais qui permettent de mettre l’adversaire en difficulté pour défendre.

Là est toute la complexité de ce sport : réussir à bluffer, utiliser l’intox, et surprendre. Les profils créatifs sont préférés aux profils puissant. N’gapeth, par exemple, s’est fait connaitre évidemment par sa qualité de jeu, mais surtout pour ses sauvetages et sa manière de faire un point alors que personne ne s’y attendait. Un prochain article Sporty sera dédié aux différents profils de joueurs.

 

  • 22
    Partages

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.