Actualité,  Generale

9 min readRoute du Rhum : nos explications !

Ce dimanche, a eu lieu le départ de la onzième Route du Rhum. Cent vingt-trois participants se sont élancés sur cette course en solitaire. Alors qu’à ce jour, les skippers glissent sur leur quatrième journée, nous avons décidé de faire un point technique et historique sur cet évènement quadriennal.

 

Depuis 1978, à chaque édition, plusieurs dizaines de concurrents s’élancent de Saint-Malo pour atteindre la Guadeloupe. Mais d’où vient cette course mythique ?

Trois ans avant la première édition, Bernard Hass, secrétaire général du Syndicat des Producteurs de Sucre du Rhum des Antilles, cherche un moyen de relancer le marché du rhum aux Antilles. Avec son ami Florent de Kersauzon, ils ont l’idée d’une course qui intégrerait le nom de Rhum. C’est un publicitaire parisien Michel Etevenon qui les aide à aboutir le projet. Après vingt-trois jours de course, le trimaran jaune de Mike Birch franchit la ligne d’arrivée en premier.

À l’occasion du quarantième anniversaire de la course, Loïck Peyron, vainqueur de l’édition précédente (2014) a décidé de rendre hommage au premier skipper gagnant de la Route du Rhum en naviguant à bord de la copie conforme du bateau original.

Mike Birch sur le trimaran Olympus – Route du Rhum 1978

 

Loïc Peyron sur son trimaran – Route du Rhum 2018

Cette course transatlantique oppose professionnels et amateurs. Elle met au même pied d’égalité et sur la même ligne de départ visages anonymes et grandes figures de la voile. Tous ces concurrents se divisent alors en plusieurs catégories.

Cette année, les cent vingt-trois participants se divisent en six catégories. A noter que pour former une classe, il faut qu’elle compte au minimum cinq bateaux engagés.

  • L’ULTIME regroupe les multicoques dont la taille du bateau est limitée à soixante pieds et plus, soit au minimum dix-huit mètres.
Francis Joyon et son Ultime IDEC SPORT – Route du Rhum 2018
  • Le MULTI50 peut désigner des catamarans ou trimarans. Bateaux de cinquante pieds de long, il existe des modèles modernes très légers ainsi que des modèles plus anciens et plus rustiques. Leur légèreté les rend plus sensibles aux aléas de la météo.
Erwan Le Roux et son Multi50 FENÊTRÉA MIX BUFFET –                      Route du Rhum 2018

Ces premières catégories accueillent chacune six engagés.

  • L’IMOCA: monocoques de soixante pieds habitués au Vendée Globe, ils sont les grands noms de la voile. Manœuvrés par des skippers professionnels, ils sont taillés pour résister à la course au large. Vingt-deux y sont inscrits cette année.
Fabrice Amedeo et son Imoca NEWREST-ART & FENÊTRES –                Route du Rhum 2018
  • La CLASS40 est une catégorie entrée en lice en 2004.  Elle permet à des amateurs expérimentés de participer à la course au large à bord d’un monocoque simple, rapide et fiable. Aujourd’hui, il s’agit de la catégorie qui accueille le plus de participants, cinquante-trois engagés.
Class40 – Route du Rhum 2018
  • La dernière catégorie, la Class Rhum, regroupe tous les autres types de voiliers. Les organisateurs ont toujours souhaité conserver l’esprit d’origine de la Route du rhum, qui consiste à mélanger tous les types de bateaux.

 La RHUM Multicoques regroupe des multicoques de taille comprise entre trente-neuf pieds et soixante pieds.

La RHUM Monocoques désigne quant à elle des monocoques d’au moins trente-neuf pieds et ne pouvant entrer dans une classe définie ci-dessus.

Gilles Buekenhout sur son multicoque Jess – Route du Rhum 2018

Le parcours de la Route du Rhum reste identique depuis la création de la course: le départ est donné de Saint-Malo et l’arrivée de l’autre côté de l’Atlantique, à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Au total, chaque bateau doit parcourir 3 542 milles (environ 6 560 km).

Le parcours de la Route du Rhum

Cette année, le quarantième anniversaire de la route du Rhum n’épargne pas grand monde. Soumis à plusieurs épisodes de tempête et mauvais temps en mer, certains bateaux ont cassé, d’autres abandonné. C’est le cas d’Alexis Payen ; alors qu’il occupait la deuxième place du classement de la catégorie Class 40, il a annoncé avoir démâté ce matin.

François Gabart (catégorie Ultime) est aujourd’hui en tête dans cette Route du Rhum 2018. Cependant, il lui reste encore 1870 milles à parcourir avant de battre le record de Loïc Peyron dont la performance n’est pas encore en danger. Ce dernier terminait la dixième édition de la course en 7 jours 15 heures 08 minutes et 32 secondes alors que les pronostics annoncent l’arrivée du favori de cette année lundi prochain.

François Gabart et son maxi-trimaran MACIF – Route du rhum 2018

 Le classement de la catégorie Rhum Multi de cette Route du Rhum 2018 est dominé par Pierre Antoine (Olmix).

C’est Yoann Richomme (Veedol – AIC) qui mène les Class 40 devant Phil Sharp (Imerys Clean Energy).

Dans la catégorie IMOCA, le bateau Hugo Boss d’Alex Thomson continue de faire la course en tête.

La catégorie des Multi 50 est dominée par Thibaut Vauchel Camus (Solidaires en Peloton – ARSEP) au classement publié ce jeudi matin à 7h45, 47 nm devant Erwan Le Roux (Fenétrea Mix Buffet).

 

La course en direct

Ce soir et au cours de la nuit prochaine, les plus à l’ouest s’apprêtent à subir une nouvelle très forte dégradation. Les vents vont atteindre trente-cinq nœuds avec des rafales à quarante-cinq nœuds bercés par des vagues de six mètres. Ces nouvelles perturbations risquent de modifier une nouvelle fois le classement de nos skippers.

Article rédigé par Eva Huin

  • 48
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.