Generale,  Life style

5 min readLe sport à jeun, ce qu’il se passe dans l’organisme

Est-il bon de faire du sport l’estomac vide ? Cette question fait débat. Efficace pour certains, tandis que d’autres ne l’envisageraient même pas. Sporty t’explique ce qu’il se produit dans ton corps et les risques que tu encoures.

Que se passe-t-il dans l’organisme ?

L’organisme possède trois sources disponibles pour fabriquer de l’énergie : les glucides, les lipides et les protéines. Les premiers à être utilisés sont les glucides, les plus faciles à transformer pour le corps. Quand ils ne sont plus disponibles, le corps va se servir dans les lipides, autrement dit, notre stock de graisse. Puis dans les protéines.

Après 10 à 12 heures sans manger le taux de glucides est à son minimum. Pratiquer une activité sportive à jeun va donc solliciter l’organisme à puiser dans son stock de graisse, les lipides. Cela ne signifie en aucun cas qu’un entraînement à jeun brulera plus de calories. La différence va se jouer dans la proportion d’utilisation des graisses et des sucres. Une étude a démontré que pour un même effort, l’utilisation des graisses atteintes est de 67% lors d’une pratique sportive à jeun, contre seulement 50% après avoir mangé. Attention, au-delà d’une heure d’effort, l’organisme va solliciter les réserves de protéines des muscles, ce qui expose à la fonte musculaire. Autrement dit, tout ce qu’on ne veut pas !

Cette stratégie a donc un intérêt pour des adeptes de sports d’endurance ou pour une démarche minceur. Cela habitue l’organisme à être plus efficace dans l’utilisation des réserves de lipides.

être à jeun

Les risques de cette pratique

Prolonger l‘effort à jeun plus d’une heure, c’est multiplier les effets nocifs pour ton organisme. Cela dégrade les cellules musculaires, mais également les acides gras essentiels. Et le corps produit des substances nocives pour les reins.

  • Risque d’hypoglycémie
    Si ton corps ne contient plus assez de sucre, tu exposes ton organisme au danger de tomber en hypoglycémie pendant ou après ton entrainement, et de faire un malaise.
  • Risque de blessures et/ou épuisement accéléré
    Parce que tu as moins d’énergie, ta vigilance et tes réflexes sont amoindris et donc les possibilités de blessures augmentent. Ensuite, s’entrainer à jeun de façon récurrente ou sur une trop longue période peut te conduire à un état de fatigue chronique très avance, voire d’épuisement jusqu’au jour où ton organisme te dit stop.
  • Risque de nuire à soi-même
    En manque de sucre, le cerveau va utiliser les corps cétoniques. Ils sont issus de la dégradation des acides gras. Cependant, produits en trop grande quantité, ces corps cétoniques s’accumulent dans le sang et deviennent des déchets toxiques pour le corps. Dans les cas les plus graves, ils peuvent être mortels.

sportive épuisée

Conclusion :

Cette pratique nécessite en premier lieu une bonne connaissance de soi, une hydratation importante et de la vigilance en début d’entrainement pour éviter les accidents (entorse, claquage…). Au début, pour éviter toute mauvaise surprise prend quelques fruits secs (raisins, figues, dattes) avec toi. Ce type d’entrainement peut être réalisé une à deux fois dans la semaine à une allure lente. C’est-à-dire, sans dépasser 70% de sa fréquence cardiaque maximale. Une fois rentré, prends un petit-déjeuner équilibré (fruit, protéines) dans les trente minutes à suivre pour recharger les réserves. Pour les sportifs diabétiques cette méthode est à pratiquer après conseil du médecin.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.