Actualité,  Generale

3 min readFootball : Des maillots extérieurs très épurés signé Puma pour la CM 2018

Nous connaîtrons le nouveau champion de la Coupe du Monde de Football cet été. Mais nous pensions déjà au moins connaître un perdant, Puma. Ses équipes majeures ont été éliminées aux portes de la Russie (l’Italie, le Cameroun, la Cote d’Ivoire, l’Algérie ou encore le Ghana). Sur les sept sélections sous contrat avec la marque, seules l’Uruguay et la Suisse se sont qualifiées. Un bilan maigre pour le félin qui comptait dans ses rangs douze mondialistes en 2006, puis sept en 2010 et huit en 2014.

Habitué à semer la pagaille dans une hiérarchie dominée par Adidas et Nike, la griffe allemande n’a pas dit son dernier mot et a changé son fusil d’épaule. 

Anciennement équipé par Romai, le Sénégal qui n’avait plus d’équipementier officiel a décidé de faire confiance au fameux félin. Puma récupère ensuite une dernière équipe pour la compétition. Après sa rupture de contrat avec Umbro, la Serbie, n’avait plus disputé de grande compétition depuis la Coupe du monde 2010. Cette nation va arborer une maillot épuré signé Puma en Russie. Et, également lors des prochaines compétitions internationales puisque la marque allemande a annoncé un partenariat à long-terme.

C’est donc avec quatre nations que l’équipementier sera présent à la Coupe du Monde.  Ce lundi, la marque a dévoilée les maillots extérieurs de dix sélections.

Avec deux mots d’ordre pour Puma : blanc et sobriété.

Avec un col rond et aux couleurs des différentes équipes, l’effet est chouette. Cela reste toutefois léger pour une Coupe du Monde. Les fans ont souvent des attentes qui aspirent à plus de spécificité, voire d’exclusivité.

Pourtant encore une fois Puma impose sa griffe et ne se laisse pas déstabiliser. Stefano Favaro, directeur de la création chez Puma justifie les maillots : « Quand une fédération entre sur le terrain, elle joue pour la nation tout entière, consciente qu’elle représente son pays. Avec ce design épuré et contemporain, nous voulons nous débarrasser des fioritures et des éléments qui viennent parasiter le lien entre nos équipes, nos joueurs et la foule, et célébrer ce pour quoi nous jouons : l’écusson, le drapeau et les fans ».

Puma reste un grand prédateur. Qu’en penses-tu ?

 

Si tu veux en apprendre plus sur la CM 2018, rendez-vous ici .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.