Actualité,  Generale

8 min readF1 : Aurevoir les Grid Girls et bienvenue au 21ème siècle

C’est la ligne d’arrivée pour les “Grid Girls”, leur suppression est officielle. Ces hôtesses qui accompagnent chaque pilote sur la piste avant le départ d’une épreuve manqueront à l’appel. Et ce, dès le premier Grand Prix de la saison 2018, le 25 mars en Australie. Une tradition datant d’un demi-siècle et jugée sexiste par Liberty Media (nouveau propriétaire de la F1), car «ne correspond pas aux valeurs de notre marque et est clairement en contradiction avec les normes sociétales modernes».

Un choix largement débattu : 

Mises de côté par les nouveaux dirigeants de la Formule 1, les «grid girls» sont en colère contre les mouvements féministes. Elles sont selon elles, à l’origine de leur disparition. Via les réseaux sociaux, elles ont tenu à prendre la parole. Elles revendiquent leur choix de défiler. Une activité agréable et qui leur permet, le temps d’un week-end, d’être bien rémunérées.

«L’inévitable est donc arrivé» , «À cause de ces féministes, nous avons perdu notre job.» , «C’est ridicule que des femmes qui affirment se battre pour les droits des femmes disent aux autres ce qu’elles devraient ou non faire.» , «Le politiquement correct devient fou!» , «Personne ne nous oblige à le faire».

Rebecca Cooper (ancienne Grid Girl populaire) a accompagné son coup de colère par un sondage sur son propre compte concernant la suppression des «grid girls».  Évidemment, 90% des followers de la jeune femme se sont prononcés contre la décision des nouveaux propriétaires de la F1…

À la suite de son expérience en tant que Grid Girl, Amy Dargan est devenue journaliste en Moto GP. Contrairement à certaines de ses anciennes collègues, la jeune reporter s’interroge  sur les limites du politiquement correct : «A-t-on véritablement besoin des grid girls? Probablement pas. Est-ce dénigrant pour les femmes? Tout dépend de notre idéal sur la perception des femmes. Ai-je parfois été embarrassée concernant mon passé? Oui, parfois, parce que les gens pensent généralement que si on est grid girl ou mannequin promotionnel, on n’est sûrement pas suffisamment intelligent pour avoir un autre rôle.»

En fin de compte, tout va bien maintenant Amy, car tu es devenue journaliste.

Eh oui, un monde divisé, une tradition qui s’efface. Liberty Media dit vouloir attirer plus de spectatrices et de conductrices mais cela a-t-il un rapport avec le fait d’enlever les grid girls ?  Les femmes sont-elles réellement dérangées par ce feu d’artifice de sourires et de glamour ? L’audience majoritaire en F1 est masculine. Liberty Media a-t-il été visité le département de la testostérone pour connaître l’avis des hommes ? En tous cas, que ce soit hommes ou femmes, Sporty à remarqué que les réseaux sociaux s’enflamment face à cette idée  quelques jours avant le lancement de la saison 2018. «Un pas en arrière pour les femmes». «Qui sont ces dinosaures? Sommes-nous en train de régresser 100 ans en arrière?»

 

Ce n’est pas la première fois que les Grid Girls  passent à la trappe : 

Le lancement du mouvement #metoo a mis en lumiere les violences sexistes.  D’autres sports suivent le mouvement. L’organisation professionnelle des fléchettes du Royaume-uni a par la suite décidé de se séparer de ses « hôtesses ». Elles accompagnaient les joueurs au début des matchs. En 2015 déjà, le championnat du monde d’endurance  de voiture (Formule E) avait rompu avec la tradition des « grid girls ». Ils ont opté pour des « Grid Kids » à Montréal la saison dernière pour la finale de la saison 2016-2017.

Un porte parole de FE à déclaré : “Nous utilisons un nouveau concept et nous nous concentrons sur les grid kids, et lorsque cela est possible, nous impliquons les pilotes jeunes et en herbe qui participent aux championnats juniors de karting. Nous sommes heureux d’accueillir la F1 au 21ème siècle.” Pourtant, il reste des sports où la tradition de femmes dévêtues persiste comme la boxe avec les “femmes de la carte” ou encore la LFL. Quoi que, ce sport qui persiste à vouloir se faire une place en Europe, n’y arrive guère.

 

Les “Grid Girls” ne sont pas remplacées par un vide : 

Après avoir supprimé les Grid Girls du circuit et pour les 24 Heures du Mans, le World Endurance Championship (WEC)  présentait alors un «pavillon des femmes». Composé d’une esthéticienne, d’un «espace de détente» avec des «coins de discussion pour les filles» et une exposition de courses mettant en scène des femmes du Mans. “Pour moi, c’est le passé”, a déclaré à l’époque le directeur général du WEC, Gerard Neveu. “La condition des femmes est un peu différente maintenant.”

Concernant la F1, à la place des Grid Girls, les pays qui accueillent des Grands Prix pourront mettre en valeur leur gastronomie, leur culture et leurs atouts touristiques. Cela va-t-il combler le vide des grid girls ? Ne parlons pas trop vite! Attendons de voir ce que le GP de Monaco (27 mai) et le GP de France au Castellet (24 juin) mettront en avant. Peut-être parlerons-nous des langoustines au pastis ou de la célèbre fête de la Saint Roman de Monaco. Il est vrai que  les costumes traditionnels monégasques sont beaucoup moins sexy.  Sporty enquête et te dira si la France saura innover en la matière….

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.