Actualité,  Generale

6 min readKevin Mayer : Après le record du monde, la médaille d’or aux JO 2021 ?

2018, l’année de la consécration, de l’accomplissement total, celle d’un record mondial jamais atteint par l’homme. Kevin Mayer et ses 9126 points, battent le record du monde du décathlon, précédemment détenu par son rival Ashton Eaton. Une performance surhumaine qui laisse tout un pays en haleine, à l’approche des JO de Tokyo. Décrochera t-il le titre tant convoité ? Son livre « Mes 10 commandements » retrace son épopée entre passion et sacrifices, avec en ligne de mire, les sommets de l’Olympe.

« Aujourd’hui je n’ai plus besoin de plaire, mais de partager », une phrase très représentative de l’athlète qu’est Kevin Mayer, simple et ordinaire. Peu importe la victoire ou la défaite, son but avant tout, est de transmettre sa passion. À priori, son record mondial n’a pas vraiment eu d’impact sur sa personne et son récit en est la preuve écrite. Es-tu prêt à embarquer dans un voyage sportif, semé d’embuches, d’efforts, avec aucune certitude de résultats ? Sur ce point, tu dois te préparer physiquement à deux jours de compétition, 10 épreuves, un stress permanent mettant à mal le corps et l’esprit. Si le défi ne t’effraie pas ? Ce livre est fait pour toi. Qu’attends-tu ? Il reste une place sur la ligne de départ…

« 10 commandements » comme guide, t’ouvrant les yeux sur l’aspect technique et l’acharnement de Kevin, à l’égard de son sport. Notamment le côté bourrin, qu’il reproche à certains sportifs et qu’il tente de gommer, par une technique impeccable. Si bien que le perfectionniste qu’il est, reconnaît que l’excellence sur 10 épreuves est limite impossible. En particulier la succession d’efforts, alliant vitesse, explosivité ou encore la précision, un marathon sans limites. Tu as sans doute vécu des moments interminables, des journées sans fin ? Le décathlon en fait parti lui aussi, mais ce n’est pas pour autant que tu dois baisser les bras, bien au contraire.

Crédit photo : Sébastien Boué/L’Équipe

 

Une passion dévorante pour son sport

Son amour pour le travail a largement été influencé par la légende Kobe Bryant et sa « Memba Mentality ». Tout objectif peut être atteint si on s’en donne les moyens. Sur ce point, Kevin Mayer cherche à servir d’exemple pour les générations futures. C’est pourquoi il définit le décathlon comme une mine d’or non découverte. Un sport qui n’a pas encore porté ses fruits auprès des jeunes, au grand dam du recordman mondial. Aussi, il se fixe un régime strict avec de nombreuses séances d’entraînement, en dépit de sa gourmandise. Une technique parfaite, un corps préparé au sein d’un environnement respecté, un credo que le numéro 1 mondial affiche fièrement.

As-tu déjà eu des regrets ou des peurs futures ? Comme tout sportif, la quête de records est une obsession qui va jusqu’à hanter certains. Kevin n’y a pas manqué, mais croit en une règle : vivre le moment présent ! Hormis les souvenirs, les émotions procurées par le sport doivent être pleinement vécues sans penser à l’après. « Je n’ai surtout pas grandi dans l’idée de devenir un jour le meilleur du monde », Kevin dicte son propre rythme sans sortir de la piste. Ainsi, chaque jour est une nouvelle opportunité à saisir, le feras-tu ?

Entre échecs et succès, les « 10 commandements » t’indiqueront que la vie ne tient qu’à un fil ou plutôt à un sprint dans le cas échéant. Que le partage est la meilleure récompense qu’il soit, même si défaite il y a. Finalement, les JO de Tokyo lui offriront peut-être une nouvelle médaille, vainqueur ou vaincu, les émotions seront plus importantes, des pures émotions, que seul le sport transmet.

Vous pouvez tenter de gagner le livre « Mes dix commandements » au sein de notre concours de Noël Sporty.

Crédit photo : Alain Mounic/L’Équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.