Actualité,  Generale

5 min read28 janvier 2018, finale de l’Open d’Australie : Roger Federer au 20ème ciel

Et dire que 3 années se sont écoulées depuis cette nuit historique sur la ville de Melbourne. Un match pas comme les autres, étouffant, où le Suisse est rentré encore plus dans la légende. En remportant son 20ème Majeur, à la suite d’un combat épique, Federer a fait du surréaliste, une réalité; sa réalité. Sporty vous raconte ce match et ce sacre retraçant l’histoire du “maitre” de la balle jaune.

À 36 ans et 19 titres du Grand Chelem à son actif, Federer arrivait en Australie serein, relâché. Et pour cause, sa victoire l’année dernière face à son rival Rafael Nadal sur le même terrain, justifiait seule son aplomb. “Fedex” s’était hissé en finale du tournoi en un claquement de doigt, pour y retrouver le Croate Marin Čilić. Par ailleurs, ces deux joueurs s’étaient déjà croisés en finale de Wimbledon quelques mois plus tôt, voyant le maestro l’emporter en 3 sets. C’est pourquoi cette finale avait des airs de revanche pour le Croate, décidé à faire chuter le roi pour de bon. 

Tombeur de l’Espagnol Nadal en demi-finale, Čilić voulait surfer sur cette vague de confiance et détrôner le champion en titre. Si bien que le numéro 6 mondial tentera de remporter un deuxième titre du Grand Chelem à Melbourne. Au vu du parcours express de son adversaire pour disputer une 7ème finale en Australie, l’épreuve qui l’attendait était gargantuesque. C’est donc sous cette chaleur suffocante, que les deux artistes débutent le combat, dans une atmosphère des grands soirs.

 

Roger Federer fond en larmes après sa victoire face à Marin Čilić en finale de l’Open d’Australie

 

Un match sous tension

 

Premier set expéditif (6-2) à l’avantage du Suisse, tout en sérénité, Čilić accuse le coup de son dernier match. Du moins, c’est ce que les fans du Suisse pensaient, avant que le challenger se réveille dans le second set et arrache le tie-break (6-7). Hormis la chaleur aberrante, les joueurs se rendent coup pour coup, faisant du match des plus captivant. D’une part, le maestro Federer récite son tennis, entre finesse et subtilité, de l’autre, Čilić se rebelle en puissance.

Chacun remporte une autre manche, portant le score à 2 sets partout : la tension est à son comble. Federer avait d’abord semblé se diriger vers une victoire aisée, en saupoudrant la rencontre de coups dont il a le secret. Mais le Croate a eu la dent dure et a fait preuve d’un mental remarquable pour inverser la tendance. Tel un thriller américain où le dénouement est incertain, les spectateurs assistent à un 5ème set, le cœur serré.

C’est alors que le diesel Federer s’est mis en marche, retrouvant ses jambes et sa fougue d’antan. Ainsi, il inflige à son adversaire un tennis brutal, clinique, pour l’emporter 6-1 dans le dernier set. Aux termes de 3 heures de match époustouflantes, le Bâlois remporte son 20ème titre du Grand Chelem. Comme un symbole, à la fin de son discours, Roger Federer craque sous l’émotion et fond en larmes. Il devient le tout premier joueur à glaner 20 Majeurs, preuve de l’accomplissement mythique du Suisse. Finalement, son œuvre dépasse les limites des courts, allant jusqu’aux cieux pour certains qui le considèrent comme un “Dieu” du tennis. Au fond, Federer n’est ni dieu, ni surhomme, il est en réalité un enfant qui vit de sa passion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.