Actualité,  Generale

7 min readChallenge : on court pour les sportives avec Alice Milliat

Près d’un Français sur deux qui fait du sport est une femme. Mais dans le même temps, les athlètes françaises sont très peu, voire quasiment jamais représentées dans les médias. À tel point que 1 Français sur 2 ne connait aucune sportive française en activité. C’est avec ce constat que la Fondation Alice Milliat continue d’agir pour une meilleure représentation médiatique du sport féminin. Et c’est sur la période des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo (du 23 juillet au 05 septembre) que la Fondation lance la 6e édition de son challenge connecté ! Objectif : faire bouger les lignes du sport féminin et inviter le plus grand nombre à y participer.

Lancement de la course
Lancement du challenge connecté le 23 juillet 2021 au Palais de Tokyo à Paris © FAMilliat

Un challenge connecté…

Pour la 6e fois, La fondation Alice Milliat organise son Challenge connecté Alice Milliat de running ou de marche. Le concept est très simple. Sur parcours libre chacune et chacun se connecte à l’application et court ou marche à son rythme.

Ce challenge est 100% connecté. Il est réalisable via l’application Running Heroes. A la fin de cette édition, chaque kilomètre sera comptabilisé, qu’il soit réalisé en courant ou en marchant. En 2020, 1 848 069 kilomètres ont été parcourus grâce à 10 350 runneuses et runners.

Le challenge est totalement gratuit. A la fin de sa participation, le runner peut faire un don à la Fondation. Les dons sont importants pour accompagner le développement des 70 projets en faveur du sport féminin labélisés par la Fondation.

Rejoins le challenge juste ici : https://bit.ly/runalicemilliat

Lire aussi : Notre sélection : 5 applications de sport indoor

…marrainé par une aventurière !

Pour cette 6e édition, le challenge sera marrainé par une aventurière hors pair : Maxine Eouzan. Vous l’avez peut-être reconnue, c’est la gagnante de la dernière saison de Koh-Lanta. Nous avions pu découvrir son parcours dans le sport de haut niveau (gymnastique acrobatique et plongeon) mais aussi son métier de journaliste sportive. Elle est donc particulièrement sensible à la place des femmes sportives dans les médias.

En devenant marraine du challenge connecté Alice Milliat, Maxine a accepté un nouveau défi, celui de mobiliser le plus grand nombre de femmes et d’hommes pour faire bouger les lignes du sport féminin.

Maxine Eouzan et Aurélie Bresson
Maxine Eouzan (à gauche), marraine de cette 6e édition avec Aurélie Bresson (à droite), présidente de la Fondation Alice Milliat © FAMilliat

Une situation encore critique pour les sportives

Si vous aussi vous avez l’impression de voir très peu de compétitions féminines dans les médias, c’est (malheureusement) normal. À la télévision, moins de 20% des programmes sportifs mettent en avant le sport féminin et ses athlètes.

La start up française, Sport Heroes, spécialisée dans le sport et le bien-être, fait aussi un autre constat. Les sportives professionnelles sont très peu connues par le grand public. La start up a posé cette question à sa communauté de sportifs et sportives : « Quelle est la personnalité sportive qui vous inspire ? ».

Résultats : si la quasi-totalité des hommes ont cité un sportif (95,50%) seulement plus d’une femme sur trois (37,29%) a cité le nom d’une sportive.

Cette différence de perception entre le sportif et la sportive se voit aussi sur la fiche de paie. Si on prend l’exemple des joueurs de foot français, les footballeuses professionnelles touchent en moyenne 3 500 euros brut par mois, ce qui est très peu par rapport aux joueurs masculins de Ligue 1 ou Ligue 2 avec des salaires qui avoisinent en moyenne 12 000 euros selon les derniers chiffres de la Ligue de football professionnelle.

Lire aussi : Les femmes et le sport : une véritable épopée !

Un engagement actif et constant

De plus en plus de femmes et d’hommes se mobilisent pour gommer les inégalités dans le sport et pour qu’il soit un moteur de l’égalité.

A titre d’exemple en 2021, la Fondation Alice Milliat a labellisé plus de 70 projets dont les ambitions sont d’ouvrir le champ des possibles des femmes et des jeunes filles dans le sport et de faire grandir la reconnaissance des sportives.

Autre raison d’y croire, les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024. Sur les 61 sportives citées par la communauté Sport Heroes, une sur deux a participé aux Jeux Olympiques contre 1 sur 3 pour les sportifs (sachant que quelques footballeurs, cyclistes ou joueurs de tennis ont fait les Jeux sans que cela ne soit la raison de leur notoriété). Ces Jeux sont une chance pour faire émerger des modèles féminins dans le sport.

© FAMilliat

Lire aussi : Alice Milliat, l’histoire d’une lutte pour la pratique sportive féminine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.