Actualité,  Generale

9 min readChampionnats du monde de patinage artistique 2021 : la fédération de Russie s’impose haut la main chez les femmes

Stockholm accueillait du 24 au 27 mars derniers les championnats du monde de patinage artistique 2021, à huis clos. Malgré l’enjeu important de cette compétition, notamment pour décrocher la plupart des quotas Olympiques en vue des Jeux de Pékin, de nombreux favoris manquaient à l’appel. Retour sur la compétition féminine qui nous a livré bien des surprises.

Premier jour de compétition : un podium provisoire russe et japonais

En troisième position après le programme court, Elizaveta Tuktamysheva a patiné dans l’avant dernier groupe et non pas le dernier groupe, qui plus est en première position. Il y’a en effet un léger inconvénient à passer en premier avec le risque de voir son score être dépassé par la suite. Néanmoins, cela n’a pas empêché l’élève prodige d’Alexeï Mishin de nous livrer une performance de très haut niveau. Avec notamment un triple axel, une figure qu’elle maitrise depuis plusieurs années et qui devient une formalité dans son programme. Elle est la seule avec la Japonaise Rika Kihira à la réaliser lors de cette première journée de compétition.

La Japonaise se place en deuxième position et nous a fait quelques frayeurs sur le warm up. Lors des six minutes d’échauffement, la patineuse paraissait quelque peu fébrile. Finalement, la performance est excellente mais elle ne lui permet pas de prendre la première place à l’issue du programme court.

En effet, c’est la championne de Russie 2021, Anna Scherbakova qui, malgré l’absence de triple axel, l’emporte avec une exécution parfaite, dont une combinaison triple lutz – triple boucle (la seule de la compétition). La note artistique plus élevée de deux points lui permet de prendre la tête de la compétition sur ce programme court.

Plusieurs rendez-vous manqués lors du programme court

Alexandra Trusova, patineuse russe favorite de la compétition aux côtés d’Anna Scherbakova, déçoit sur ce programme court. En effet, elle loupe le triple lutz qui est en sur-rotation, alors qu’à l’échauffement, elle maîtrisait à la perfection le quadruple saut. Une erreur qui ne pardonne pas puisqu’elle ne peut pas effectuer la combinaison de saut imposée. Elle perd ainsi de précieux points et se classe 12ème du programme court. Un résultat largement en deçà de ce que l’on pouvait imaginer (un podium ou à la rigueur, un résultat parmi les six premières patineuses pour performer son programme libre dans le dernier groupe). Néanmoins, Trusova est une patineuse coriace ! Elle a toutes ses chances pour remonter la pente lors du programme libre. Avec plusieurs quadruples sauts programmés, elle est tout à fait en mesure de signer une performance exceptionnelle ce vendredi.

Rendez-vous manqué également pour Bradie Tennell, championne des Etats-Unis 2021, qui ne déclenche pas le triple boucle-piqué sur sa combinaison et se classe donc 7ème de la catégorie. Sa compatriote, Karen Chen se hisse à la 4ème place du podium. Quatre points la séparent de Tuktamysheva malgré un triple lutz en sous-rotation. Les pirouettes et la série de pas sont de niveau 4 et grandement majorées.

 

La Française Maé-Bérénice a déclaré forfait suite à une rupture du tendon d’Achille gauche lors du programme court. Nous lui souhaitons le meilleur rétablissement possible pour la poursuite de sa préparation pour la prochaine saison.

Le début de compétition est prometteur mais il laisse la possibilité d’un retournement de situation lors du programme libre avec l’exécution de quadruples, des figures qui sont d’une grande difficulté.

<em>Crédit : International Skating Union (ISU)</em>
Crédit : International Skating Union (ISU)

Triplé russe et remontada pour le programme libre

Deux jours plus tard, la compétition se poursuit avec le programme libre des femmes et plusieurs surprises.

Entre autre, Alexandra Trusova, qui avait loupé son programme court, a fait une remontée spectaculaire ! Elle passe de la 12ème à la 3ème place au classement général en s’imposant sur le programme libre grâce à l’exécution de trois quadruples sauts, même si elle chute deux fois. Sa marge de progression est importante sur le plan technique mais surtout sur le plan artistique dont la note reste bien plus faible comparée à ces principales concurrentes Scherbakova et Tuktamysheva.

Elizaveta Tuktamysheva réalise une très belle performance également : deux triples axel, une combinaison triple lutz – triple boucle-piqué. On regrette l’erreur sur le triple flip mais le programme reste très propre. Finalement médaillée d’argent, c’est une très belle revanche pour la patineuse qui sort d’un passage à vide depuis son titre de championne du monde en 2015. Elle augmente d’une place au classement général et profite de la contre-performance de Rika Kihira qui passe à côté de son programme libre et ne parvient pas à réaliser le triple axel, malgré deux tentatives. La Japonaise dégringole du podium et termine en 7ème position.

<em>Crédit : International Skating Union (ISU)</em>
Crédit : International Skating Union (ISU)

Le titre de championne du monde revient à Anna Scherbakova qui termine cependant 2ème du programme libre. Il n’y aura finalement pas de quadruple saut dans le programme : elle chute le premier quadruple flip et ne place pas le quadruple lutz, en changement de dernière minute. Pas de regret puisqu’elle conserve sa première place. Elle remporte l’or pour ces premiers championnats du monde, à tout juste 17 ans.

On notera également la percée de la Belge Leona Hendrickx : un programme très bien exécuté, avec certes moins de difficultés techniques que les trois patineuses russes mais qui conquiert les juges. Elle se place 4ème du programme libre, à quelques centièmes d’Elizaveta Tuktamysheva, et 5ème au classement général.

Une cérémonie de remise des médailles inédite

L’issue de la compétition est donc un triplé russe, une première depuis 1991. L’ambiance est particulière lors du podium puisque le concerto n°1 de Tchaikovsky remplace l’hymne russe, la Russie étant suspendue par le tribunal international pour avoir transgressé les règles antidopage.

Désormais, le Nebelhorn Trophy à Oberstdorf, du 22 au 25 septembre, est la dernière compétition pour tenter de décrocher les six derniers quotas olympiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.