Actualité,  Generale

3 min readNaomi Osaka : Nouvelle ambassadrice reine de la marque Louis Vuitton

La joueuse de tennis, récente gagnante de l’US Open, vient de signer un nouveau partenariat avec la marque de luxe française Louis Vuitton. Une révolution, symbole du poids que la Japonaise de 23 ans, est en train de prendre mondialement.

4 mois après son deuxième sacres en terres américaines, la numéro 3 mondiale vient de s’associer avec le prestigieux maroquinier français. Outre son partenariat avec l’équipementier Nike, Osaka n’avait jamais caché ses penchants pour la mode et ses alentours. À vrai dire, la création de sa propre collection avec le mastodonte américain annonçait le jour sur ses intentions. L’heure est à l’affirmation de son statut de numéro 3 mondiale, sportivement et socialement parlant.

Tantôt mutique, tantôt provocatrice, la Japonaise sait y faire pour faire couler de l’encre. En particulier lors de la dernière édition de l’US Open, où l’intéressée était sortie de sa bulle. Pourtant assez connue pour sa timidité, Osaka s’était muée en militante affirmée du mouvement “Black Lives Matter”. Elle avait préparé sept masques noirs (un par match) portant chacun le nom d’une victime de violences policières. La joueuse de 23 ans avait fait preuve d’une grande maturité, laissant paraître une partie de son caractère, pourtant jusque-là caché.

Naomi Osaka pendant l'US Open 2020
Naomi Osaka pendant l’US Open 2020

Entre timidité et affirmation

De la virgule américaine au luxe à la française, Osaka semble pleinement imposer sa marque, sur et en dehors des courts. Devenue numéro 1 mondiale à l’âge précoce de 21 ans, la Japonaise s’est hissée aux sommets en un temps record. Notamment considérée comme la nouvelle révélation du tennis féminin, en devenant la première japonaise à remporter un tournoi du Grand Chelem. 3 finales et 3 titres du Grand Chelem plus tard, celle-ci ne souhaite plus garder sa langue dans sa poche. Aussi, son partenariat avec la maison Vuitton semble lui sied parfaitement. De l’ombre à la lumière, de New York à Paris, la marque Osaka est en marche. Tel un “ace” expéditif, elle devient l’une des premières femmes de couleurs à être égérie de ce pilier du luxe. Plus qu’un symbole, une première pour une joueuse déterminée à bouleverser les codes.

 

2 Comments

    • Pierre Brindeau

      Merci beaucoup Sophie pour ton soutien, encore une fois très apprécié ! L’évolution de cette joueuse méritait d’être révélée au grand jour. De la timidité à l’affirmation dans le cas échéant. Ravi d’apprendre que l’article la met en valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.