Actualité,  Generale

3 min readRugby : Dan Carter tire sa révérence

Le monde du rugby et du sport est pris d’une torpeur soudaine. La légende néo-zélandaise Dan Carter a annoncé la fin de sa carrière sur les réseaux sociaux. À 38 ans, l’ouvreur à la patte gauche folle réfléchit déjà à sa reconvertion. Transmettre sa culture de la gagne comme nouveau trophée ? Prochaine pénalité à suivre pour Carter…

L’ovalie n’est pas avare de légendes, Dan Carter, double champion du monde avec la Nouvelle-Zélande en fait bien sûr partie. International All Black et leader incontesté, Carter est considéré comme le meilleur demi-d’ouverture de l’histoire de cette équipe. À l’image de ses 1598 points en carrière internationale, record mondial en sélection, le génial ouvreur était le cauchemar des défenses adverses. Aussi habile des pieds que des mains, son taux de transformation face aux poteaux était égal, voire meilleur qu’un certain Jonny Wilkinson.

Formé comme premier centre, l’ancien All Black pouvait se targuer de sa technique ravageuse. Non seulement il disposait d’un physique atypique pour un ouvreur, mais aussi d’une qualité de pénétration terriblement efficace. C’est pourquoi son profil complet le rendait particulièrement injouable, telle une bête noire inarrêtable possédée par l’en but.

Un palmarès colossal

Réel monument du rugby, son palmarès à lui seul témoigne de son empreinte titanesque. Double champion du monde, sextuple vainqueur du Tri-nations, titré à deux reprises en Top 14 avec Perpignan et le Racing 92, Carter empilait les titres. Notamment élu à trois reprises meilleur joueur du monde en 2002, 2005 et 2015, le célèbre numéro 10 respirait le rugby. Outre sa capacité à fédérer une équipe, à marquer, son comportement des plus exemplaires lui a souvent été reconnu. Au fond, Dan Carter était ce qui faisait de mieux en terme de rugby, un gentleman sur et en dehors des terrains.

Une trace indélébile

L’ouvreur néo-zélandais aux 112 sélections raccroche donc les crampons et souhaite maintenant se consacrer à son rôle de père. Ainsi, l’indescriptible gaucher file vers de nouveaux poteaux, avec un seul objectif : “Transmettre la science de la gagne”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.